LES HUDON DIT BEAULIEU

""Comme son nom l'indique, le patronyme Beaulieu sert à désigner un beau lieu; un endroit bien situé où il y a une belle vue./.../Porté par quelque 22700 personnes , ce patronyme occupe le 22e rang en importance au Québec.

Un seul pionnier portait le nom de famille Beaulieu à son arrivée en Nouvelle-France, mais dix autres l'ont adopté comme surnom, lequel est devenu le patronyme principal de leurs descendants. /..../

Les Hudon dit Beaulieu

Pierre Hudon dit Beaulieu, fils de Jean et de Françoise Durand, est originaire de Notre-Dame de Chemillé, arrondissement de Cholet, évêché d'Angers, en Anjou, dans le Pays de la Loire. Il arrive en Nouvelle-France le 17 août 1665, en tant que soldat de la compagnie de Grandfontaine, au régiment de Carignan./.../ Il épouse Marie Gobeil, fille de Jean et Jeanne Guyet, le 13 juillet 1676 à Québec. Il décède le 24 avril 1710 à Rivière-Ouelle.""  Le Québec, une histoire de famille.

On s'est tellement approprié le patronyme Beaulieu que les généalogistes ont beaucoup de difficultés à établir avec certitude les filiations au 17e...et même au 18e siècle.

Dans la présente famille, le dernier personnage auquel on peut remonter avec certitude est Moìse Hudon-Beaulieu qui s'est marié à Cacouna le 18 juillet 1832. Au registre, on mentionne Étienne Hudon-Beaulieu et Lucille Sindon comme étant ses père et mère.

Ces Étienne et Lucille sont probablement les même personnages qui figurent au registre des mariages de L'Isle-verte sous le nom de Etienne Beaulieu qui épouse Marie-Luce Saindon le 5 novembre 1798. Les parents d'Étienne Beaulieu y sont mentionnés comme étant Joseph Beaulieu et Marie Simard.

Où les choses se corsent davantage, c'est au registre de Baie-St-Paul où Joseph Beaulieu et Marie-Angélique Simard se sont épousés le 7 février 1758. Le registre est partiellement illisible, à un point tel que les auteurs du dictionnaire Tanguay n'ont pas remonté plus loin la filière de l'époux.

Dans Le Soleil du 22 août 2004, Louis-Guy Lemieux propose quatre ancêtres aux familles Beaulieu. Pierre Hudon-Beaulieu, bien sûr, mais aussi Claude Thomas dit Beaulieu, dont il dit: "...Claude Thomas dit Beaulieu, nous vient de Bretagne. II est pêcheur. II s'installe d'abord à Plaisance, un établissement français dans l'île de Terre-Neuve, en 1689. II se marie sur place à Madeleine Seau, une veuve et mère d'un garçon prénommé Pierre. Lorsqu'elle épouse Claude Thomas dit Beaulieu, son fils prend le nom de Beaulieu.

On retrouve Claude Thomas dit Beaulieu et Madeleine Seau à Québec, en 1729. Ils ont cinq enfants. Leurs fils Louis et François marient deux sœurs Labrecque de l'île d'Orléans. À partir de 1734, Louis laisse tomber le patronyme Thomas et n'utilise plus que celui de Beaulieu. II a 12 enfants. Son frère François a trois fils et plusieurs filles. D'après les recherches de Paul-Henri Hudon, François serait le père de Mathurin Beaulieu, l'un des fondateurs de la colonie au Madawaska, et de Joseph Beaulieu, qui épousera Angélique Simard, à Baie-Saint-Paul, en 1758...."


L'appartenance proposée à la lignée Beaulieu, pour mes enfants et les générations à venir, deviendrait donc la suivante:

**Claude Thomas dit Beaulieu épouse Madeleine Seau à Terre-Neuve vers 1690. Il est le fils de Martin Thomas et Françoise Heudé, néle 5 mars 1654 à Lannion en Bretagne.

**François Thomas dit Beaulieu épouse Marie-Madeleine Labrecque le 17 janvier 1729 à St-Laurent, Ile d'Orléans. Personnellement, j'aurais plutôt suggéré Louis, puisqu'un de ses fils porte le nom de Joseph-Marie selon Tanguay...mais je m'en remets à M. Hudon dont les recherches sont sûrement plus exhaustives que les miennes.

Joseph Beaulieu épouse Marie-Angélique Simard (Étienne Simard et Barbe Dufour) le 7 février 1758 à Baie-Saint-Paul.

Etienne Beaulieu et Marie-Luce Saindon se sont épousés à L'Isle-Verte le 5 novembre 1798. On leur connaît 4 enfants, tous mariés à Cacouna.

Moise Hudon Beaulieu a épousé Henriette Vaillancourt (au registre elle est mentionnée fille de Maximilien Pelletier) à Cacouna, le 18 juillet 1832. Tous leurs enfants se sont mariés à L'Isle-Verte.

Vital Beaulieu et Arthemise St-Pierre (Joachim St-Pierre et Marie-Anne Bigaouette) se sont épousés à L'Isle-Verte le 12 janvier 1857. Leurs 8 enfants ont migré ers le haut du comté (St-Hubert, St-Clément, St-Cyprien).

Narcisse Beaulieu a épousé Célina Rousseau (Martial Rousseau et Marcelline Michaud) le 26 juillet 1887 à St-Clément. Ils ont élevé une important progéniture; 12 apparaissent aux registres des mariages de la région...dont Claudia, qui a épousé Israel Dumont.

Voici, dans l'ordre des mariages, la descendance de Narcisse Beaulieu et Célina Rousseau:

        Claudia Beaulieu et Israel Dumont
        Eugène Beaulieu et Véronique Pelletier
        Clairina Beaulieu et Charles Pelletier
        Rose-Anna Beaulieu et Wilfrid Ouellet
        Adélard Beaulieu et Yvonne Pelletier
        Joseph Beaulieu et Adélia Labrie
        Marie-Anne Beaulieu et J.-Ludger-Hector Desrosiers
        J.-Lazarre Beaulieu et Marie-Louise-Clara Pelletier
        Marie-Ève Beaulieu et Alphonse Ouellet
        Marie-Élise Beaulieu et Gérard Gamache
        Marie-Yvonne Beaulieu et J.-Louis-Philippe Michaud
        J.-Charles Beaulieu et Marie-Reine Morin

**Ces deux individus sont suggérés chez les ancêtres Beaulieu; les autres unions ont pu être vérifiées et sont reproduites ici comme elles apparaissent aux copies de registres de la collection Drouin que j'ai personnellement consultées.


BASE DE DONNÉES MA BASE DE DONNÉES en date du 15 nov. 2014

N.B. La date de naissance des contemporains a volontairement été supprimée, cette information étant considérée "sensible".